Emotet : un nouveau trojan bancaire sévit

Les ingénieurs de Bromium ont récemment découvert un nouveau type de malware bancaire. Ce dernier est particulièrement dangereux car plusieurs solutions de sécurité actuelles ne sont pas en mesure de le détecter.

Une telle attaque réalisée à grande échelle aurait donc des conséquences dévastatrices.

Pour information, Bromium est une société de sécurité spécialisée dans la virtualisation des ordinateurs.

Le nouveau malware serait une variante d’Emotet, un troyen bancaire

La menace identifiée serait une nouvelle technique d’attaque d’Emotet à la fois sournoise et complexe. Afin de rendre leur logiciel indétectable, les cybercriminels le modifient à chaque attaque et le placent dans de nouveaux fichiers exécutables.

Les logiciels de sécurité sont connus pour fonctionner par détection automatique. Après avoir identifié un malware ou un virus, ils ajoutent sa forme dans une liste de menaces et la bloquent à chaque nouvelle attaque (il peut s’agit d’un fichier exécutable, une image, un document, un script, …).

Lorsque le virus prend une nouvelle forme, il est possible qu’il contourne les outils de sécurité (c’est la raison pour laquelle Emotet est un malware de type polymorphe).

Il existerait autant de versions du nouveau malware que de cibles

Grâce à sa découverte, la société Bromium a pu démontrer que les cybercriminels sont prêts à tout mettre en œuvre pour contourner les meilleures solutions de sécurité.

Pour ce faire, leur outil Emotet a bénéficié d’un travail en amont d’une grande importance : une nouvelle forme du malware est placée dans de nouveaux documents et ne cible qu’une seule personne à la fois.

Selon certaines informations, près de 80% des solutions de sécurité présentes sur le marché ne sont pas en mesure de détecter le logiciel malveillant.

Le meilleur moyen de se mettre à l’abri d’une attaque consiste à installer un antivirus dans son ordinateur et à régulièrement le mettre à jour.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des