Cybersécurité : Kaspersky révèle des failles au sein des entreprises marocaines

Tout le monde le sait : aucun système informatique n’offre une protection efficace à 100% contre les cyber-attaques, pas même ceux des experts.

La véracité de cette affirmation a d’ailleurs récemment été confirmée après la publication des résultats d’une étude réalisée par Kaspersky Lab au Maroc.

Ladite étude portait sur les attitudes et comportements des experts par rapport à la sécurité informatique sur le territoire marocain.

Les chiffres de l’enquête menée par Kaspersky Lab

Le groupe Kaspersky Lab a réalisé cette enquête en septembre dernier, avec la collaboration du personnel d’Averty (une structure de sondages d’opinion et d’études de marché).

L’étude a offert une inédite visibilité sur les failles des systèmes informatiques dans les milieux professionnels au Maroc.

714 personnes âgées de plus de 21 ans et issues de plus de 25 domaines d’activité ont été mobilisées (celles-ci étaient capables de s’exprimer en français ou en arabe).

Elles provenaient d’entreprises de 10 à 500 employés et étaient réparties sur une quarantaine de villes (dont 8% à Fès, 9% à Marrakech, 12,50% à Agadir et 26,50% à Casablanca et Rabat).

21% d’entre elles ont affirmé que leur société avait déjà fait l’objet de cyber-attaques. 63% de ces dernières concernaient les virus, contre 21,40% pour les logiciels et applications malveillants et 16,90% pour les pertes de données.

Les professionnels marocains face aux outils de la sécurité informatique

Selon 84,60% des professionnels interrogés, les antivirus sont les outils de protection les plus utilisés dans les entreprises au Maroc.

90% d’entre eux sont d’ailleurs convaincus de leur nécessité pour garantir la protection des informations sensibles.

33% ont déclaré avoir ouvert des pièces jointes provenant de sources non fiables et 40% ont affirmé avoir déjà connecté des clés USB inconnues à leurs ordinateurs.

Sur un autre plan, 46% ont avoué qu’ils ne changeaient pas régulièrement leur mot de passe.

Malheureusement, il est important de préciser que les départements informatiques des sociétés ne sont sollicités que dans 50% des cas (soit un cas sur deux).

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de